Les rêveries du retraité solitaire

Les rêveries du retraité solitaire

Sérénité et angoisse

Je ne suis plus du côté de l’émerveillement des premières odeurs de printemps et des arbres qu’on voit pour la première fois refleurir, du soleil qu’on voit pour la première fois se coucher sur un champ de fleurs ou sur la mer à la fin d’une chaude journée d’été, du premier automne où l’on peut voir et sentir les feuilles changer de couleurs, et de la neige qu’on voit pour la première fois tomber lentement sur la forêt en hiver. Je ne suis plus du côté des rêves fous et des projets insensés, des montagnes à escalader, des forêts à explorer et des grands espaces à découvrir. Je ne suis plus du côté des nuits blanches passées à discuter, de l’amour bandé à n’en plus finir, de l’énergie illimitée et du temps qu’on gaspille sans compter.

 

Je suis passé du côté d’une douce tranquillité qui a remplacé les rêves déçus et de la sérénité qui a fait place aux regrets, mais aussi de la solitude qui est venue, à pas feutrés, lentement s’installer dans ma vie comme la nuit après une longue journée d’été. J’ai, comme dit la chanson de mon adolescence, « l’âme à la tendresse » et j’ai acquis, à la suite de souffrances et de déceptions, de blessures et de guérisons, une certaine sagesse. Je suis passé du côté des cataractes et des os usés, des noms et des visages oubliés, mais aussi de lointains et doux souvenirs, enfouis comme des trésors, quelque part au fond de mon cœur. Et je suis beaucoup moins angoissé par la fin qui approche que par le chemin qu’elle va prendre pour venir.

 

 

sérénité.jpeg

 



29/05/2019
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres