Les rêveries du retraité solitaire

Les rêveries du retraité solitaire

Laissez-moi finir !

C’était quelques années avant que je prenne ma retraite. Je m’en allais faire du ski de fond dans le Parc de la Gatineau en écoutant la radio. Il y avait une tribune téléphonique et le sujet du jour était quelque chose dans le genre « Comment préserver sa culture et sa langue quand on est une minorité francophone dans un continent anglophone ? » Les gens téléphonaient, donnaient leur opinion, l’animateur posait quelques question et passait à un autre appel. Je ne sais pas quel était le nom de l’émission ni celui de l’animateur. Je ne sais même pas si l’émission existe encore.

 

Un Français récemment émigré au Canada, établi à Rimouski, appelle. Son nom de famille était Carton. Je m’en souviens parce que c’est un patronyme quelque peu inusité ici au Québec. M. Carton donne son opinion qui était fort intéressante puisqu’il était en mesure de nous présenter le point de vue de quelqu’un qui venait d’arriver et qui pouvait, par conséquent, considérer les choses avec un certain recul. M. Carton décide de mettre fin à son intervention par une citation de Gandhi. On sent l’animateur un peu impatient parce qu’il a hâte de passer à un autre appel.

 

M. Carton commence à citer Gandhi : « Je veux que les cultures de tous les pays puissent circuler partout dans ma maison, aussi librement que possible…»  C’est à ce moment que l’animateur choisit de l’interrompre : « Nous avons compris, Monsieur Carton. Merci de votre appel ! » Le pauvre Carton essaie de lui dire : « Attendez, je n’ai pas fini ! » mais l’autre ne l'écoute pas et passe à un autre appel.

 

Je connaissais cette citation de Gandhi parce que je l’avais déjà lue en anglais. Je ne sais pas pourquoi, mais quand on la cherche parmi les citations de Gandhi, on n’en trouve en général que la première partie. M. Carton aurait voulu citer la deuxième partie mais l’animateur ne lui a pas laissé le temps de le faire. La deuxième partie dit ceci : « Mais je refuse qu’elles me fassent perdre pied. Je refuse de vivre dans la maison d’un autre comme un intrus, un mendiant ou un esclave. » C’est ce que M. Carton aurait voulu ajouter. Avouez que la citation prend un sens complètement différent quand on la considère dans sa totalité.

 

Là où je veux en venir avec cette histoire, c’est que très souvent les gens croient qu’ils ont compris ce qu’on voulait leur dire sans nous avoir laissé de temps de finir ce qu’on avait à dire. Ça m’arrive souvent parce que je n’ai pas une voix forte et que je ne m’exprime pas très aisément à l’oral. Je suis du genre plutôt timide et effacé.

 

La raison pour laquelle cet incident m’est revenu à la mémoire aujourd'hui, c'est que j’ai vu sur la page Facebook d’un ami une citation d’un poète québécois au sujet de l’importance pour nous, Québécois, de nous tenir debout pour préserver notre culture et notre langue. J’ai écrit quelques commentaires qui n’ont pas donné suite à un débat ou une discussion comme je l’aurais souhaité. J’ai parlé de la mondialisation de l’économie et de la culture qui rendent souvent inopérantes les mesures législatives prises par nos dirigeants politiques pour assurer la survie de notre culture et de notre langue. À bien y penser, maintenant que j’ai eu plus de temps pour y réfléchir, je me dis que la meilleure façon pour nous de nous tenir debout pour assurer notre pérennité linguistique et culturelle serait probablement, du moins pour ceux et celles qui sont en âge de le faire, de retourner nous coucher et de faire des enfants.

 

J’en ai voulu à l’animateur d’avoir interrompu M. Carton…et je crois que je lui en veux encore. Je me suis senti solidaire de M. Carton parce que je suis l'un de ceux que l'on n'hésite pas à interrompre en se disant qu'ils ont sûrement fini de dire ce qu'ils avaient à dire et que, de toute façon, même si on les interrompt, ce qu'ils avaient à dire ne devait pas être très important.

 



15/04/2019
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 12 autres membres