Les rêveries du retraité solitaire

Les rêveries du retraité solitaire

Comment mesurer le succès de sa vie

Je n’ai aucun talent pour chanter ou pour faire de la musique. Si j’avais passé ma vie à suivre des cours de chant ou de musique, je me serais peut-être un peu amélioré, mais j’aurais perdu mon temps et mon argent. Et j’aurais gâché ma vie. Je crois qu’une condition essentielle pour réussir sa vie est de bien évaluer ses aptitudes et ses talents et de se fixer des objectifs réalistes. Nous naissons tous avec un mélange de handicaps et de limites d’ordre physique, intellectuel et émotif. La nature est très injuste. La beauté et la santé ne sont pas distribuées de façon équitable. Il en est de même pour l’intelligence. Il y en a aussi qui ont eu la chance de naître avec un équilibre émotif que la plupart d’entre nous n’arrivera jamais à atteindre. Tout cela fait partie de notre bagage génétique. Le problème, c’est que ça prend un certain vécu pour être en mesure de s’évaluer. Il faut aussi prendre le temps de s’arrêter pour se regarder comme on est et réfléchir à ce qu’on pourrait bien faire avec ce qu’on a.  

 

Ceux et celles qui disent que le hasard et la chance n’existent pas veulent s’attribuer, et qu’on leur attribue, tout le crédit de ce qu’ils ou elles ont accompli. Ils prétendent qu’on peut créer ses opportunités, et que ce qu’on appelle le hasard est uniquement le résultat d’une judicieuse planification. Je ne nie pas que le fait d’avoir une attitude positive puisse être un facteur déterminant dans la réussite, mais il ne faudrait pas oublier que l’état d’esprit nécessaire pour avoir une telle attitude fait aussi partie de l’ADN. De plus, il y a des choses comme les accidents, les maladies et les guerres qu'une attitude positive et la meilleure planification ne pourraient pas prévoir et encore moins prévenir.

 

L’environnement social, économique et culturel joue également un rôle très important dans la réussite. Il y a des sociétés qui valorisent l’éducation et le développement intellectuel et qui ont les moyens financiers de le faire. Ces société encouragent aussi l’activité physique et possèdent de bons systèmes de santé. À talent égal, on a beaucoup plus de chance de réussir et d’être heureux si on naît en Norvège que si on naît en Somalie. Il y a des sociétés qui apportent beaucoup plus à leurs membres que ce que ceux-ci contribuent individuellement tandis  qu'il y en a d’autres qui ne peuvent pas donner à leurs citoyens la possibilité de développer ce qu'ils auraient de mieux à leur offrir.

 

À la lumière de tout cela, je crois que pour bien évaluer si on a réussi sa vie, il est très important de ne pas se comparer à d’autres. Pour une personne comme moi qui ai eu à vivre avec des crises de panique, il y a des victoires qui ne semblent pas apparentes pour d’autres mais qui sont pourtant bien réelles. Ce sont celles dont je suis le plus fier. Nous sommes les seuls à savoir ce qu’il nous en a coûté d’efforts et d’énergie pour accomplir ce que nous avons accompli. En regardant de l’extérieur ce que je suis devenu et ce que j’ai fait de ma vie, certains pourraient conclure que c’est un échec, mais il y en a d'autres qui m'envieraient. Tout est relatif. Pour moi, même si je sais que je ne laisserai aucune trace de mon passage, je considère que j’ai fait de mon mieux avec ce que j’ai reçu et que ça m’a rendu heureux. Je peux aussi dire j’ai eu beaucoup de chance.

 

 

IMG_2951.JPG

 



09/03/2018
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres