Les rêveries du retraité solitaire

Les rêveries du retraité solitaire

Écrire pour mieux réfléchir et pour adoucir le cours du temps

Quand on a le nez collé sur un objet, c’est très difficile de bien le décrire parce qu’on n’en perçoit qu’une infime partie. Par contre, quand on tient le même objet à bout de bras et qu’on peut le retourner de tous les côtés, on peut mieux en apprécier la forme et les contours. Et si on la chance d’avoir près de soi quelqu’un à qui montrer cet objet, on peut le voir avec une perspective différente de la nôtre.

 

Pour moi, c’est un peu la même chose quand j’écris mes petits textes. L’écriture me donne un certain recul et une meilleure vision des choses. Quand je réfléchis sur un sujet, je peux faire cohabiter l’espace et le temps, et créer des liens entre des expériences que j’ai vécues, des livres et des poèmes que j’ai lus, des chansons et de la musique que j’ai entendues et des personnes que j’ai rencontrées. Et si en plus je reçois des commentaires de mes lecteurs et lectrices, ça me permet de pousser un peu plus loin ou d’orienter de façon différente ma réflexion.

 

L’écrivain argentin Jorge Luis Borges a dit ou écrit : « J’écris pour moi, pour mes amis et pour adoucir le cours du temps. » Que l’on ait une dizaine de millions de lecteurs comme Borges ou à peine une dizaine comme moi, on écrit toujours en fonction de quelques personnes qui nous sont chères et qui sont importantes pour nous,   même si l'on sait très bien que quelques-unes d’entre elles ne liront jamais ce qu’on a écrit.



14/12/2018
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres