Les rêveries du retraité solitaire

Les rêveries du retraité solitaire

Introvertis et extravertis

 

Quelques années avant mon départ à la retraite d’EDC (Exportation et développement Canada), mes collègues et moi avons eu une formation très intéressante. Le but de cette formation était de nous apprendre comment notre façon individuelle de penser, d’agir et d’interagir avec les autres avait une influence sur notre capacité de travailler harmonieusement et efficacement en équipe. Je me souviens que cette formation avait pour nom Insights et qu’elle était basée sur un questionnaire à partir duquel chaque participant se voyait attribuer une couleur correspondant à son type de personnalité. Il y avait quatre couleurs qui étaient divisées en deux groupes : les introvertis et les extravertis. Nos réponses au questionnaire révélaient les traits essentiels de notre personnalité, non seulement dans le cadre de nos responsabilités au travail mais également dans notre vie personnelle. Une même personne pouvait avoir une combinaison de plusieurs couleurs et ces couleurs n’étaient pas nécessairement les mêmes dans sa vie professionnelle et dans sa vie personnelle.

 

Les couleurs associées à des personnalités introverties étaient le vert et le bleu alors que le jaune et le rouge correspondaient à des personnalités extraverties. Il est important de préciser la définition d’introverti et d’extraverti dans le cadre de cette formation. Pour simplifier : un introverti est une personne qui a besoin de solitude pour recharger ses batteries tandis qu’un extraverti tire son énergie du contact avec les autres.

 

Mes couleurs étaient, à parts égales, et ceci autant au travail qu’à l’extérieur du travail, le vert et le bleu. Ce sont, je le rappelle, les deux couleurs correspondant à une personnalité introvertie. Mes réponses au questionnaire indiquaient que je n’avais aucune caractéristique des personnalités associées au jaune et au rouge. Voyons un peu à quoi correspondent les couleurs ! Le mot clé pour définir les verts est harmonie. Pour eux, les relations harmonieuses avec leur entourage sont ce qu’il y a de plus important. Le bleu est la couleur des personnalités analytiques. Ce sont des individus structurés et ordonnées pour qui la réflexion et la logique sont très importantes. Un de mes étudiants, vice-président dans le domaine des assurances, m’a confié que la totalité de ses employés, qui étaient des actuaires et des analystes, avaient le bleu comme couleur dominante. Le jaune est la couleur des personnes qui ont de l’entregent et de la facilité à établir des contacts et entrer en relation avec les autres. C’est la couleur des employés qui travaillaient dans la vente et la promotion des produits de financement et d’assurance d’EDC. Le rouge est la couleur des gens d’action qui sont orientés vers les résultats. Plusieurs des dirigeants et preneurs de décisions, mais pas tous, avaient le rouge comme couleur dominante. Il y avait même, quand j’ai quitté EDC, une majorité de bleus parmi la Haute Direction, ce qui en étonnait plusieurs.

 

Quelques semaines après la formation, chaque participant recevait un texte qui avait la forme d'une lettre et qui décrivait les caractéristiques de sa personnalité, autant dans sa vie professionnelle que personnelle. Cette lettre avait un ton chaleureux et intime, et je dois avouer que j’ai été ému en la lisant. C’était comme si un ami intime qui me connaissait depuis longtemps s’adressait directement à moi pour m’encourager et me rassurer, pour me dire que même si je n’avais pas les qualités que j’enviais aux autres, j’avais aussi des choses positives à apporter. En finissant de la lire, j’ai pensé à cet extrait du poème Desiderata : « You are a child of the universe. No less than the trees and the stars, you have the right to be here. »

 

Cette formation a eu un effet positif sur notre façon de fonctionner en tant qu’équipe. Personne n’est parti en peur avec ça. Il n’y a pas eu d’étiquetage abusif et restrictif, mais plutôt une reconnaissance des forces et des faiblesses de chacun et un plus grand respect pour notre façon d’être, de communiquer, de travailler et d'apporter notre contribution à l'Équipe. Cette formation a également eu pour effet de nous amener à réfléchir sur nos forces et nos faiblesses individuelles. J’avais dans une de mes classes une étudiante qui a confié au groupe qu’après avoir participé à la formation, elle avait fait un effort pour mieux analyser les situations avant de passer à l’action, obtenant ainsi de bien meilleurs résultats. « Je me suis rendu compte que j’étais trop rouge et pas assez bleu. » nous a-t-elle dit. Inversement, je me souviens de notre administrateur, un homme à l’esprit analytique très brillant qui parlait couramment quatre langues, qui m’a dit que quelquefois il fallait qu’il mette en veilleuse le côté bleu de sa personnalité pour en arriver à prendre des décisions. Pour ma part, je me disais que mon travail m’aidait sûrement à trouver un équilibre entre ma tendance naturelle à être introverti et l’effort que je devais faire pour entrer en contact et communiquer avec mes collègues et mes étudiants. Je devais souvent être plus jaune que je ne l'étais au naturel, et je devais quelquefois même être rouge. C’est pour cette raison que la retraite me faisait un peu peur.

 

Je suis retraité depuis près de deux ans, et je peux confirmer que mon appréhension était justifiée. Quand je me revois dans des situations de travail, c’est comme si je regardais vivre une autre personne. J’animais des discussions sur des sujets allant de la politique internationale aux relations économiques entre le Canada et le reste du monde. Je parlais de différences culturelles avec des  gens qui avaient vécu et travaillé dans plusieurs pays. Je donnais la parole à l’un avant de me tourner vers un autre, plus timide, pour lui demander son opinion. Je discutais avec mes collègues des progrès de nos étudiants, et je devais faire même parler dans les réunions. Je devais aussi prendre des décisions. C’était un environnement très stimulant dans lequel j’ai appris énormément. J’avoue que j’ai un petit pincement au cœur en écrivant ceci.

 

Je suis encore et je resterai toujours un introverti. La grande différence maintenant que je suis retraité est que je n’ai plus cette obligation d’aller au-delà de moi-même. Je n’ai plus besoin de me dépasser. Je n’ai pas souvent l’occasion de discuter et d’échanger comme je le faisais avant, il y a très longtemps, quand j’étais étudiant, ou il y a moins longtemps, quand j’étais enseignant. Il me semble que ma capacité de communiquer oralement diminue. Je cherche souvent mes mots et je m'exprime avec moins de spontanéité. Je sais que l’écriture n’est pas pour moi la solution idéale. Je n’ai pas besoin de quitter ma zone de confort pour écrire. Peut-être que je devrais me lancer en politique. Je n’ai pas d’expérience et je ne suis déjà plus très jeune, mais Trump n’avait pas non plus d’expérience et il avait près de soixante-dix ans quand il a commencé sa carrière en politique. Allez-vous voter pour moi ?

 

IMG_2632.JPG



08/05/2017
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres